cheminée du salon de compagnie

Découvrir ...

Situé en région des Hauts-de-France , à mi chemin entre  les villes d'Arras et d'Amiens et au coeur des champs de bataille de la Somme, le château de Couin est une magnifique demeure authentique du milieu du XVIIIème siècle, d' époque Louis XV, Monument Historique (I.S.M.H) en intégralité (extérieurs et intérieurs).

Quelques mots d'histoire ...

C'est pour surveiller le passage de l'Authie, petit fleuve qui a longtemps constitué la frontière naturelle entre le Royaume de France et les Pays-Bas espagnols, et garantir l'accès à ses sources, que plusieurs constructions seigneuriales ont successivement été édifiées à Couin, sur les hauteurs du cours d'eau, depuis le début du deuxième millénaire.

D'abord un château-fort (vraisemblablement XIe siècle), dont il ne reste que l'implantation vue du ciel, remplacé par une maison seigneuriale fortifiée (XVIe siècle) dont certains vestiges subsistent dans la propriété, elle-même substituée, après le traité des Pyrénées et le rattachement de l'Artois au Royaume de France, par le château actuel (XVIIIe siècle), véritable château de plaisance à la campagne.

Grâce à la fortune amassée par Philippe-Ernest de Landas, 1er Comte de Louvignies et ambassadeur sous Louis XIV, son fils, Philippe-Albert de Landas, 2e Comte de Louvignies et député de la noblesse aux Etats d'Artois, et sa seconde et jeune épouse, Isabelle d'Héricourt, ont ainsi construit, au milieu du XVIIIe siècle, l'un des plus grands et prestigieux châteaux du nord de la France

Retrouvez les grandes dates du château en téléchargeant le résumé.

Un architecte de renom ...

Le château actuel a été conçu et construit sous la maîtrise d'oeuvre d'Adrien-François D'HUEZ.

Sculpteur à l'origine, qui a fait le voyage initiatique de Rome et qui a écrit un traité sur la sculpture, puis architecte formé par Robert de COTTE, premier architecte du Roi, Adrien-François D'HUEZ a principalement oeuvré dans le nord de la France, à ARRAS et à DOUAI, pendant la première partie du XVIIIe siècle.

Il a réalisé, pour la noblesse d'Artois, certains des hôtels particuliers d'ARRAS parmi ceux qui font encore aujourd'hui la renommée de la ville (hôtel du gouverneur, hôtel de Guînes, ...). 

Ses réalisations en tant qu'architecte se caractérisent généralement par un ordonnancement classique en pierres blanches et une décoration sculptée de qualité,  notamment aux clés des fenêtres.

A Couin, Adrien-François d'HUEZ a réalisé, dans les dernières années de sa vie, son plus grand chantier et son chef d'oeuvre, dont les décors n'étaient d'ailleurs pas tous achevés à sa mort : 

Un ordonnancement à l'élégance harmonieuse, classique et sobre, sans aile ou pavillon en retour

Une décoration sculptée de qualité, en extérieur aux clés des fenêtres et dans les écoinçons, et en intérieur sur les boiseries en tilleul et les portes des salons de réception, et sur les manteaux des cheminées

Une modernité en distribuant les étages par un grand corridor central.

Les D'HUEZ, sculpteurs, père et fils ...

Le château de Couin est notamment réputé pour la qualité exceptionnelle de ses décors sculptés, extérieurs et intérieurs.

C'est Adrien-François D'HUEZ, l'architecte du château mais sculpteur de formation et rédacteur d'un traité sur le sculpture, et son fils Jean-Baptiste Cyprien D'HUEZ, qui ont réalisé toutes les sculptures du château.

Si le père dispose aujourd'hui d'une certaine renommée, d'abord et avant tout en tant qu'architecte dans le nord de la France, son fils est considéré comme l'un des plus brillants sculpteurs français de la deuxième partie du XVIIIe siècle. La réalisation des sculptures virevolvantes de l'avant-corps arrière lui est notamment attribuée.

Les décors sculptés comprennent :

des coquilles asymétriques, aux clefs des fenêtres des deux étages principaux sur les quatre faces du château, toutes différentes les unes des autres

des figures de personnages et masques aux clefs des fenêtres des deux avant-corps centraux, sur les deux façades

des motifs stylisés et des personnages juvéniles dans les écoinçons des deux avant-corps

des feuilles d'acanthes et des fleurettes sur les portes des salons de réception

des boiseries, trumeaux et manteaux de cheminées, pour certains dans le plus pur style rocaille (coquilles, palmettes, chapelets de perles, feuilles d'acanthes,...)

Authentique et insolite ...

Inhabité de 1947 à 2003, et oublié de tous, le château de Couin a conservé toute son authenticité, comme si le temps s'était arrêté à la suite des derniers travaux réalisés dans les années 1920 : un véritable arrêt sur image ! Depuis 2002, le château fait l'objet d'une restauration à l'identique de l'existant, dans l'état où il se trouvait à cette époque, avec ses décors et équipements des XVIIIe et XIXe, et les quelques aménagements de confort du XXe siècle.

Que d'éléments insolites, et pour certains uniques, sont demeurés. Voici quelques exemples : 

les cuisines, toujours situées à l'étage inférieur, comme dans les plus grandes propriétés aristocratiques de l'époque

le système de chauffage central des années 1890 par bouches d'air chaud

la distribution des pièces, quasi identique  au XVIIIe siècle, et la numérotation des pièces du XIXe siècle

les écuries du XVIIIe décorées de marbre

la tribune de l'église, véritable loge privative réservée à la famille

l'usine à eau et le puits de 80 m de profondeur pour alimenter la propriété en eau

les entresols du XVIIIe pour davantage de confort et d'intimité

les salles de bain, parmi les plus anciennes du nord de la France, et toujours fonctionnelles

les serrures et clés des portes, pour la plupart toujours présentes et en état de fonctionnement

et bien sûr des décors uniques, dans chacune des 61 pièces du château ...

IMG_4280.jpeg